Association Biodiva’R
Internet n’est pas un lieu d’information sûre

Attention à la désinformation : faux appels "officiels"

exemple sauver l’usage des plantes médicinales ...

samedi 19 mars 2011 par Biodiva

Citation du site du syndicat des simples (le seul digne de confiance ...) :

« A nouveau, un appel à pétition ”www.defensemedecinenaturelle.eu“) circule depuis quelques jours sur la toile, appel qui annonce l’avènement de la victoire de l’industrie pharmaceutique en Europe et la fin de l’accès aux plantes médicinales et des médecines traditionnelles (chinoise, ayurvédique) en Europe.

Il semble émaner de la même organisation et relever du même discours que l’appel de l’automne dernier pour lequel j’avais posté le 18 octobre un commentaire sur ce site : ma réponse »

Vérifiez toujours vos sources avant de relayer ou signer un appel, un soutien, une pétition !

Plusieurs sites s’en sont fait une spécialité :

-  www.hoaxbuster.com/

-  www.hoaxkiller.fr/


voir en particulier la mise au point de Nature & Progrès Belgique :

Bonsoir, Une petite mise au point, reçue de notre ami Francis Giot, président de Nature&Progrès Belgique.

Décryptage : Les plantes médicinales ne seront pas interdites en EU. L’information qui circule est en réalité de la désinformation dans le combat qui oppose industrie pharmaceutique et industrie de la phytothérapie et des compléments alimentaires. Formulé par cette dernière, le message vise à créer de la pression sur les législateurs, avec appui de l’opinion public, pour un affaiblissement de la législation sur les plantes médicinales traditionnelles. Ce groupe d’industriels est en effet très mécontent de la législation européenne qui offre la possibilité d’enregistrer officiellement toute plante médicinale utilisée et reconnue depuis au moins 15 années dans l’Union comme plante autorisée à la commercialisation, et ferme donc la porte aux nouveaux produits de la phytothérapie (compléments alimentaires et autres remèdes miracles). L’association ANH, mentionnée dans la vidéo qui accompagne la pétition n’est pas une association de producteurs ni d’herboristes. Il s’agit en réalité s’un bon vieux lobby de défense des industriels des compléments alimentaires (très juteux business qui fleurit en particulier dans les épiceries bio). Nous avons contacté cette organisation par téléphone pour savoir si parmi leurs membres il y avait des associations de producteurs, et ce n’est pas le cas. Le flou maintenu sur leur site, et dans la vidéo devrait mettre la puce à l’oreille de ceux qui reçoivent l’information...

Il faut aussi signaler que la législation en question permet l’enregistrement facilité de tout plante médicinale. En aucun cas ces plantes devront passer par les même canaux d’autorisation que les médicaments.

Subsiste par contre un réel problème de la directive 2004/24/CE et qui est passé sous silence par la communication mensongère que l’on subit. Cette directive fait partie d’une politique partiale et réductrice qui favorise l’hégémonie des trois cultures actuellement dominantes au niveau mondial : occidentale (officielle), chinoise et indienne (ayurvédique). Tous les remèdes qui ne sont pas reconnu depuis minimum 30 ans (15 si provenant de l’Union européenne) devront passer par des procédures, certes allégées, mais longues d’agréments. Ce sont donc les défenseurs des médecines naturelles mineures et traditionnelles (créole, tibétain, nigérien, cévenol, etc) qui seront les plus touchés par la directive, à moins de prouver avec diligence un passé d’utilisation conséquent. Le problème c’est que dans ces sociétés à la connaissance encore fortement ancrée dans la tradition orale, il sera plus difficile de récolter des preuves .

Pour en savoir plus, lire la déconstruction point-par-point faite par Thierry Thévenin (directeur du très respectable Syndicat Inter-Massifs pour la Production et l’Economie des Simples Médecines) :

http://www.syndicat-simples.org/actualites/les-plantes-medicinales-bientot-i


Home page | Contact | Site Map | Private area | visits: 257109

RSS RSSen

Site created with SPIP 1.8.3 + ALTERNATIVES