Association Biodiva’R

Connaissez-vous Solange Fernex ?

mardi 24 octobre 2006 par Gilbert Froidevaux de Bresse

l’insoumise solange fernex qui a milité pour l’environnement je suis sur que si elle avait eu connaissance de BIODIVA elle aurait adhérée

LA DERNIERE LECON DE VIE DE SOLANGE

Solange Fernex vient de mourir le 11 septembre 2006 , à l’âge de 72 ans. Travailleuse de l’ombre, selon Elisabeth Schultness qui lui a consacré une biographie (L’Insoumise, éd. Yves Michel 2004), cette grande dame de l’écologie a mené bien des combats sans jamais se mettre en avant ni en tirer gloire. Et ce n’est que par le hasard des rencontres que l’on apprenait des bribes de sa vie de dévouement à la ,nature et à l’émergence d’une conscience humaine globale. Solange épouse un médecin de brousse, Michel Fernex, qui exerce au Sénégal puis en Tanzanie. La découverte de la nature et la naissance de ses enfants la poussent à s’engager pour la sauvegarde de la vie. De retour en France, elle fonde ensuite le premier parti écologiste français : Ecologie et Survie, se présente aux élections législatives, soutient René Dumont pour les présidentielles, crée le Conservatoire des sites alsaciens, jeûne pendant 24 jours en 1977 contre la mise en service de la centrale nucléaire de Fessenheim, obtient la promesse d’un Comité de surveillance, jeûne à nouveau en 1983 « pour la vie » et pour un gel des armements nucléaires, est élue députée européenne en 1989, fait avancer le dossier de l’énergie solaire, défend l’agriculture bio, devient présidente d’Alsace Nature, de la Ligue des Femmes pour la Paix, vice-présidente du Bureau International de la Paix à Genève, j’en passe et j’en oublie. Pour ses obsèques, elle a souhaité qu’il n’y ait « ni couronnes ni gerbes ni plaques mais des fleurs des champs ou du jardin, ou un geste pour les enfants de Tchernobyl » ... souvent on se demandé ce que je pouvais faire, comment agir, diffuser mes savoirs, participer à une évolution positive de ce monde que je critique. J’ai été actif et je suis à la retraite et j’ai le droit d’en profiter : aux plus jeunes de jouer maintenant ;. Mais cela ne m’empêche pas d’éprouver souvent un sentiment de frustration, d’impuissance ou de mauvaise conscience. Solange nous a indiqué une voie possible. En France les râleurs de toutes sortes sont innombrables et les sujets de mécontentement les plus divers. C’est fini, je ne laisserai plus dire et je ne m’autoriserai plus à penser comme eux sans rétorquer : « Et alors, que faisons-nous pour que cela change ? » C’est vrai que seul on ne peut pas faire grand chose (ou on ne sait pas, ou on ne veut pas), mais il existe d’innombrables associations de toutes sortes qui regroupent des râleurs actifs et que nous pouvons soutenir. Une association doit être entendue par les politiques, elle peut être relayée par les médias, aller en justice, regrouper les bonnes volontés, diffuser des informations et agir de bien des façons. La plupart de nos dirigeants ne sont pas pressés de s’impliquer pour le changement : ils sont issus du système et profitent des meilleures places. Mais si la moitié du fantastique gisement de râleurs, de pacifistes, de consommateurs réticents, de tiers-mondistes, d’écologistes ou simplement les gens de cœur, soutenaient une ou plusieurs associations, l’évolution serait irrésistible, comme l’ont montré celles qui obtiennent de plus en plus souvent des résultats : Que Choisir, le WWF, Greenpeace, la fondation Nicolas Hulot, Amnesty International, Action Contre la Faim, Handicap International, Médecins sans frontières, Il y en a vraiment pour tous les goûts ! Désormais ne nous laissons plus et ne laissons plus personne râler sans citer la dernière leçon de vie de Solange.FERNEX Et si nous en faisions tous autant ?


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 252026

RSS RSSfr

Site réalisé avec SPIP 1.8.3 + ALTERNATIVES