Association Biodiva’R

Règles de fonctionnement pour les commandes groupées de semences, plants, bulbes et tubercules

mardi 16 décembre 2008 par Biodiva

Positionnement de l’association pour l’achat de semences inscrites sur les listes officielles

A l’heure actuelle il n’existe presque plus de petits semenciers indépendants, la tendance est à l’uniformisation de l’offre variétale pour assurer une rentabilité maximale aux quelques multinationales qui ont racheté la quasi-totalité des firmes semencières.

Les semenciers ne gagnent pas assez d’argent (pour leur actionnaires) avec les variétés classiques qui sont par conséquent vouées à disparaître rapidement de leur catalogue et des listes officiels et légales.

La tendance est de ne proposer que de nouvelles variétés protégées par le certificat d’obtention végétale (COV) qui s’apparente à un brevet. Ces variétés se reconnaissent à leur prix (3 ou 4 étoiles dans les tarifs) et leur grammage [1] qui est très réduit. Le meilleur moyen d’empêcher la reproduction de ces semences est qu’elles soient conçues comme des F1. Les variétés F1, ou hybrides de première génération, sont très homogènes et obtenues en croisant deux variétés fixées classiques F0 [2]. Le semis de graines obtenues à partir de plantes F1, donne des plantes dites F2 très hétérogènes présentant toutes les combinaisons possibles des caractères des F0, elles sont difficilement acceptables pour les jardiniers et producteurs qui aiment des rendements et des morphologies prévisibles. En moyenne il faut attendre la septième génération pour obtenir à partir de F1 des lignées homogènes quand à leur caractères, c’est difficilement envisageable au niveau amateur. Finalement vendre des F1 oblige dans les faits les clients à acheter chaque année leurs semences. Ce phénomène est mondial et on comprend à quel point il peut être problématique dans les pays pauvres [3].

Nous vous encourageons donc à acheter vos semences en priorité aux semenciers qui font l’effort de maintenir des variétés anciennes (non F1), c’est-à-dire de payer des taxes pour la collectivité, qui donnent le droit de conserver ces variétés sur la liste réservée aux jardiniers amateurs.

Bien sûr, c’est insuffisant pour garantir la biodiversité dont les générations futures auront besoin pour répondre aux changements climatiques locaux et leurs conséquences, ainsi qu’à la dégradation des terres et de l’atmosphère, mais ces petits semenciers sont notre dernière assurance contre la standardisation totale que souhaite la poignée de multinationale qui veulent contrôler la biodiversité mondiale.

Pour les variétés inscrites sur les deux listes, l’association n’échangera plus de semences, mais revendra celles de ces petits semenciers indépendants. Pour les autres variétés en grave danger, nous mettrons à disposition toutes les semences confiées par les adhérents de manière à ce que chacun puisse participer à leur sauvegarde en les cultivant, mais surtout en les reproduisant et les distribuant autour d’eux.


Pour en savoir plus :

-  Association des croqueurs de carottes

-  Association (fédérative) semences paysannes

-  site d’échanges, demandez à vous inscrire poliment au webmaster (Patrice), puis enregistrer vos semences et plantes en surplus.

Semenciers :

-  Biaugerme

-  Germinance

-  SCPAA de la Ferme de Ste Marthe (graines bio pour bobo)

-  Les Semailles

-  Graines del Pa’s

-  Essembio tous les sachets à 2,4 € (port 6,5 €)

-  Le Potager d’un Curieux Jean-Luc Daneyrolles - La Molière - 84400 Saignon (Vaucluse - France) près d’Apt, Tél : +33 (0)4.90.74.44.68 Vente par correspondance de graines de légumes Jean-luc Daneyrolles est auteur de livres "Un jardin extraordinaire", "Creer son potager", "La tomate", "L’ail et l’Oignon", "Le Piment et le Poivron" et consultant pour la creation de potager pour les grands restaurants

NB : bien qu’en parfait accord avec les discours de l’association kk, nous n’envisageons pas de vendre des semences libres, nous considérons qu’elles appartiennent à tous, et que nous devons les donner comme on donne des baisers, de la tendresse et de l’amour, tout ça doit rester gratuit ;) . Pour payer les efforts des adhérents producteurs, l’échange (même inégal) semble être le seul moyen de faire respecter leur travail indispensable. La richesse se mesure à notre quantité d’efforts, pas en argent.

[1] désigne le dosage des semences dans le paquet, c’est à dire la masse de semences

[2] sorties de congélateurs privés = collection = sémiothèque

[3] sans parler du problème de l’esclavage du système des OGM pesticides


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 251762

RSS RSSfr

Site réalisé avec SPIP 1.8.3 + ALTERNATIVES